Le potentiel / les objectifs réunionnais

Espace insulaire, l’île de La Réunion est confrontée à une situation de dépendance énergétique importante. Consciente des enjeux liés à cette dépendance, La Réunion a très tôt développé l’utilisation des ressources énergétiques locales et renouvelables (hydraulique, bagasse, photovoltaïque, etc.), dans des proportions importantes par rapport à la métropole, mais insuffisantes au regard de cette dépendance et de l’objectif d’autonomie électrique de La Réunion en 2030 affiché dans le SRCAE.

En 2018, le taux de pénétration des ENR a été de 36,5%, en hausse grâce notamment à une pluviométrie favorable

Adoptée en avril 2017, la Programmation Plurianuelle de l’Energie (PPE) pour la Réunion, imposée par la Loi de Transition Energétique pour la Croissance Verte marque une étape supplémentaire vers l’autonomie énergétique de la Région.

 

Comme son préambule le rappelle : « L’île de La Réunion doit, en matière d’énergie, passer d’un statut de territoire d’expérimentation à celui de territoire créateur de richesses et d’emplois mettant en œuvre des solutions technologiques pouvant être diffusées partout à travers le monde. Pour la Région Réunion qui connaît un taux de chômage élevé et où la lutte contre la précarité énergétique s’avère essentielle, se trouve là un fort enjeu de développement économique et d’amélioration de la situation de l’emploi. »

 

Ce document de planification, pierre angulaire de la politique énergétique de la région pour les périodes 2016-2018 et 2019-2023, reprend les leviers de la politique énergétique à actionner, à la fois sur le volet Offre (production d’énergie) mais également sur le volet Demande (MDE ou Maîtrise de la Demande en Energie).

Les Energies Marines Renouvelables y figurent en bonne place.

Mais également pour la production de chaleur et de froid renouvelable: